Mort

                S’assoir de l’autre côté des larmes

                Après la douloureuse errance dans sa vallée

                Se laisser envahir par le picotement chaud

                Et précieux du désir de vie

                Après les déferlantes ravageuses du tsunami

                S’étonner du va et vient, de l’inspir et de l’expir

                Le souffle t’a retrouvé après l’oublie de toi-même

                La joie s’est insinuée dans les interstices de ta tristesse

                Elle rejaillit en gouttes diaprées

                Dans ton cœur assoiffé

                                                               Renaissance

                                                                                              Vie

Michèle