Groupes de soutien Jeunesse

Groupes de soutien Jeunesse

Dans nos Groupes de soutien Jeunesse, vous partagerez avec d’autres jeunes en deuil et vous serez accompagnés par deux animatrices formées au deuil.

Groupes de soutien Jeunesse

De nombreux mythes existent au sujet des jeunes endeuillés. On les croit à l’abri du deuil étant donné qu’ils sont soit petits, soit « comme avant »… La réalité est pourtant bien différente. Même s’ils sont silencieux et donnent l’impression qu’ils vont bien, les jeunes de tous âges vivent difficilement et de façon très complexe la mort d’une mère, d’un père, d’un frère, d’une sœur ou de toute autre personne qu’il aime. L’accompagnement d’un jeune endeuillé sera déterminant pour lui. La bonne nouvelle c’est qu’il peut être simple de le soutenir. (Josée Masson)

En partenariat avec Josée Masson, travailleuse sociale – Fondatrice et directrice générale de Deuil-Jeunesse.

Site internet : http://www.deuil-jeunesse.com/
Logo-deuil-jeunesse 


Groupes de soutien Jeunesse – Pour qui ?

 

Pour tout jeune enfant, adolescent ou jeune adulte ayant perdu un être cher, famille, ami… quelles que soient  les circonstances, que le deuil soit récent ou non.


Groupes de soutien Jeunesse – Pourquoi ?

 

Pour échanger, partager, être écouté ou simplement écouter (pas d’obligation de parole), être informé.

Pour se retrouver « entre pairs »  « entre jeunes endeuillés » et découvrir que l’on n’est pas seul dans l’épreuve, il y a souvent des similitudes dans les pertes bien que chaque deuil soit unique.

Trouver ensemble des pistes pour prendre soin de soi.

Pour se donner la possibilité d’exprimer, de normaliser et de valider les émotions et les questionnements *.


Groupes de soutien Jeunesse – Comment et avec qui ?

 

En petit groupe de 3 à 8 jeunes de même tranche d’âge qui vont cheminer ensemble sur 6 à 8 rencontres. Chaque participation est évaluée au préalable et la motivation du jeune est essentielle.

Groupe animé par 2 animatrices formées à l’accompagnement du deuil.

Possibilité de rencontres ponctuelles à la demande d’un groupe de jeunes.


Groupes de soutien Jeunesse – Où ?

 

Le calendrier des groupes est défini en fonction des demandes et des besoins et les lieux sont adaptés aux lieux de vie des jeunes (Vannes, Elven, Ploermel,…)

Lieu :

La Maison de la Famille
47 rue Ferdinand Le Dressay
56000 VANNES

Contact :

Nadine : 06 80 23 57 05


Remarques de jeunes à l’issue des Groupes de soutien Jeunesse :

 

Ça fait du bien de parler, ici je peux tout dire, je suis soulagé(e) d’entendre d’autres qui pensent comme moi ça veut dire que je ne suis pas fou (folle) !, je ne savais pas que c’était normal de vivre tout cela quand on est en deuil…


Questions courantes* :

 

C’est quoi le deuil ?

Ça dure combien de temps ?

Peut-on oublier la personne décédée ?

Est-ce que l’on sera toujours malheureux ?

Comment ça se passe le deuil ? il paraît qu’il y a des étapes ?

On est obligé de faire le deuil ?


Témoignage

 

Témoignage d’une jeune fille (suite à un accompagnement deuil en entretiens individuels) qui a écrit cette lettre pour d’autres jeunes endeuillés

Bonjour

Je suis une jeune fille qui a également perdu un être cher à ses yeux. Je suis passée par le deuil comme toutes les personnes qui ont perdu quelqu’un. On pense souvent que tout garder en soi est la meilleure solution pour ne pas souffrir et montrer à ceux qu’on aime que nous sommes forts, mais ce n’est pas une solution. Parler à quelqu’un ne veut pas dire que vous n’êtes pas fort pour votre famille, vos amis/amies… non au contraire cela vous permettra de vaincre cette tristesse en vous. Moi même j’ai pensé que si j’allais parler à quelqu’un c’est que j’étais folle, alors je ne désirais voir personne et je gardais tout en Moi. Cette tristesse me rongeait de jour en jour, j’avais beau faire celle qui est forte devant ceux que j’aime, mais j’étais si faible dès que j’étais seule, je m’effondrais en larmes. Je ne parlais à personne de cet être que j’ai perdu. Les mois sont passés, je continuais de tout garder en moi.

Mais un jour on m’a envoyé voir une personne de l’association pour parler. J’ai pris un deuxième rendez-vous pour voir par curiosité où ça me mènera. Puis à force de parler cela me vidait la tête et me faisait beaucoup de bien. Et aujourd’hui j’ai fini mon deuil grâce à cette personne qui m’a beaucoup aidée. Elle m’a guidé tout au long de mon deuil. Avec ces personnes là vous pouvez tout leur dire avec la certitude que ce que vous lui confiez ne passera pas la porte. Donnez lui votre confiance, elle en prendra soin. Vous pouvez parler de tout avec elle, que ce soit de vos craintes, vos peurs, vos regrets, vos rêves… Vous pouvez rire, pleurer, crier,  peu importe elle ne vous jugera pas car souffrir ne veut pas dire pleurer tout le temps comme on dit « Derrière un sourire on peut cacher tellement de souffrance ». Il y a une phrase que j’ai inventée lorsque j’ai pu voir que la vie était courte : « La vie est comme un manège, une fois que nous avons fini notre tour nous devons y laisser notre place »  Elle m’a guidé tout au long de mon deuil et me guidera encore et encore. Souvent tout va bien et d’une minute à l’autre le moral est bas. De nombreuses fois, j’ai voulu baisser les bras mais j’ai pensé à ceux qui sont déjà passés par là et qui ont réussi à remonter la pente. J’ai réussi à battre cette souffrance alors pourquoi pas vous ? Tout le monde peut y arriver.

Avoir fait son deuil ne veut pas dire oublier la personne que nous avons perdue, c’est simplement la mettre dans un coin de notre coeur. Car jamais vous ne l’oublierez c’est impossible.

Bon courage à vous et vous verrez le jour où vous aurez fini de combattre cette souffrance, vous verrez la vie plus simple.

Katell